Le Fast Food ? Non le Slow Food voyons !

 

Le Mc Do ou la standardisation des goûts

Ami étudiant, face à la vague irrésistible des fast-foods, dont ce mouvement parodie le nom et à la tendance à manger sur le pouce, par nécessité ou par flemme de cuisiner, le slow food prône un retour aux plaisirs de la bonne chère. Cela suppose de prendre le temps d’apprécier un bon repas, en famille ou entre amis, et si l’on va au restaurant, de choisir des plats de saison faits avec des produits locaux.

Plus qu’une simple philosophie, le slow food est un véritable mouvement lancé en Italie en 1986 par Carlo Petrini. Il s’oppose aux effets dégradants de la culture du fast-food qui standardise les goûts, promeut les effets bénéfiques de la consommation délibérée d’une alimentation locale, a des programmes d’éducation du goût pour les adultes et les enfants, et travaille pour la sauvegarde et la promotion d’une conscience publique des traditions culinaires.

Slow Food aide les producteurs-artisans de l’agroalimentaire qui font des produits de qualité et encourage les initiatives de solidarité dans le domaine alimentaire. L’objectif de Slow Food est de développer un modèle d’agriculture moins intensif et nocif, capable de préserver et d’améliorer la biodiversité et d’offrir aussi des perspectives pour les régions moins riches. C’est pourquoi ce mouvement est qualifié de « écogastronomique ».

 

vegetableshealthyfood.jpg